L’heure de la reprise

img_1406Je vous en parlais il y a quelques semaines mais pour cette rentrée j’ai pris de bonnes résolutions.
Objectifs (entre autre) reprise du sport et perte de poids. Deux choses dont j’ai cruellement besoin et il est enfin temps de s’y mettre.

Plusieurs facteurs peuvent entrainer une prise de poids

Spontanément on va penser à un excès de nourriture, c’est une des causes fréquentes mais c’est loin d’être la seule. L’apport trop faible en calories peut aussi conduire aux mêmes effets, c’est ce qui m’a été confirmé lors d’un rendez-vous avec une nutritionniste (je vous met ses coordonnés en fin d’article). À priori je ne donne pas assez d’aliments sur la journée à mon corps qui du coup se sent obligé de stocker par peur de manquer. C’est vrai que le midi j’avais tendance à faire des repas très (trop) léger et je trouvais cela désespérant de voir les aiguilles de la balance augmenter sans cesse. Si je mangeais comme un moineau au déjeuner, ce n’étais en plus pas dans un souci esthétique mais tout simplement parce que je n’avais pas plus d’appétit que ça.

Le manque d’activité physique est également un élément qui favorise les kilos en trop. De ce côté là je plaide coupable. Depuis mon opération début 2014 (et les petites interventions qui ont suivies, les mois et l’année d’après), je n’ai pas réussi à reprendre le sport et forcément la machine est au ralenti et ne brule pas les graisses.

La prise de médicaments peut engendrer des fluctuations de poids et là aussi je ne suis pas épargnée puisque j’ai eu des traitements à base d’hormones, des anesthésies à répétions et des médicaments que je prends encore quotidiennement et qui jouent sur le poids.

Les désordres hormonaux et la rétention d’eau sont aussi des ennemies pour conserver une silhouette svelte. Là encore je ne connais que trop bien le problème et malgré des séances de drainage lymphatique chez la kiné mon corps est extrêmement fainéant et capricieux.

Le stress fait maigrir certaines personnes et a l’effet inverse chez d’autres. Je ne sais pas vous mais lorsque je suis angoissée il m’arrive de trouver refuge dans la nourriture et même si parfois cela peut me couper l’appétit, cela me fera gonfler malgré tout.

L’hérédité entrerait aussi en compte, ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour tout le monde.

L’âge n’est pas non plus notre allié. Et oui ce n’est pas un mythe, avant 30 ans on arrive à éliminer plus facilement. Bien entendu cela diffère d’une personne à une autre, nous ne sommes pas tous égaux.

Bref, vous l’aurez compris je cumule les tares ah ah, et j’en suis à un point où je ne me supporte plus, il faut donc prendre les choses en main et pour de bon cette fois !

Photo Pinterest

Photo Pinterest

L’alimentation

Alors là sujet très compliqué, j’aime manger, ça c’est sur, je suis même plutôt gourmande. Seulement voilà, j’ai beau aimer de nombreux aliments, ils ne me le rendent pas très bien. Je ne parle pas kilos cette fois mais santé. Je digère quasiment rien, manger est autant un plaisir qu’un cauchemar. Sur le moment j’apprécie le plat et quelques heures après rien ne va plus. D’après le dernier spécialiste consulté, j’aurais le syndrome de l’intestin irritable et une colopathie, qui provoque de violentes douleurs, des malaises récurrents et un gonflement de l’abdomen très impressionnant. En plus de ne pas être esthétique c’est extrêmement douloureux, un véritable calvaire au quotidien.
Dernier régime conseillé : Plus de fruits et légumes crus, pas de salade, pas de lait de vache, pas de gluten … Sans compter qu’il faut également sélectionner les légumes et fruits, enlever les graines, la peau de certains … Manger devient vraiment très compliqué et je me rabat forcément par moment sur des aliments un peu « confort » comme le chocolat.
La solution pour me sentir un peu mieux ? En plus de bannir certains ingrédients, faire des repas fractionnés, c’est à dire des petites quantités régulièrement. C’est ce qui m’a toujours le plus convenu et ce qui me donne le moins mal. Un repas « traditionnel » me procurera à tous les coups un certain malaise les heures suivant sa prise.
Comme vous le voyez, pas très simple au quotidien.

Photo Pinterest

Objectif

Pourquoi est-ce que je parle de tout ça ? Je pense que mon expérience peut faire écho chez certaines personnes et peut-être leur donner envie de se bouger le popotin :) On peut même pourquoi pas se motiver à plusieurs ! Grâce aux réseaux sociaux notamment, on peut s’encourager dans nos efforts quotidiens. Et puis maintenant que je vous ai écris tout ça, j’ai l’impression d’avoir un engagement à tenir.

Idéalement je souhaite perdre 13kg pour revenir au poids qui me convenait le mieux. Un challenge assez conséquent, mais j’essaie de ne pas me mettre la pression. J’espère perdre la moitié rapidement et pour le reste prendre le temps qui sera nécessaire. Le tout c’est de me rapprocher au plus près de cet objectif.

Première étape vers la nouvelle moi, l’inscription dans une salle de sport. J’irais pour commencer deux fois par semaine minimum et qui sait peut-être que j’arriverai comme à l’époque à y aller presque tous les jours.
On dit que l’on ne peut être et avoir été, et bien pour le coup j’ai envie de donner tord à cette devise et retrouver le corps de mes 25 ans.
Histoire de me conforter encore plus dans tout ça, j’ai ressorti de vieilles photos prises entre 2011 et 2013.

Vous savez ce que je trouve le pire en regardant ces anciens clichés ? C’est qu’au moment où ils ont été faits je ne m’aimais pas, je ne me trouvais pas assez mince,  pas assez musclée, jamais assez bien. En revoyant ces photos, je me dit « ah oui quand même j’étais vraiment fine », et pourtant je ne m’en rendais absolument pas compte et parfois je me pourrissais la vie avec de nombreux complexes qui me semblent dérisoires maintenant. Foutu dysmorphophobie ! (c’est un autre sujet dont je vous parlerai peut-être un jour).

img_1407

Photo Jérémy Turgon

Nutritionniste Hôpital La Seyne-sur-Mer – Florence Maupin : 06.26.33.40.67

IMG_9864     Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *