Le témoignage de Anaëlle sur ses problème de Thyroïde

Hypothyroïdie, hyperthyroïdie, Hashimoto… Tant d’affections qui pourrissent la vie au quotidien.

Il y a un moment de cela, je vous avez partagé le témoignage de Marie qui nous parlait de sa thyroïde de Hashimoto et de la manière dont elle vivait sa maladie. Cet article a beaucoup plu et j’avais vraiment envie de continuer sur cette lancée. Malheureusement, il est souvent difficile pour les gens de se confier, parfois par pudeur, parfois tout simplement par manque de temps.

Je suis du coup plus que ravie que cette jeune femme ait osé s’exprimer afin d’aider d’autres personnes qui traversent le même type d’épreuves.

Ce qui me frappe toujours c’est le problème d’écoute et de manque de compréhension rencontré auprès de certains médecins. 
D’ailleurs si vous avez le contact d’un endocrinologue dont vous êtes satisfait du côté des Yvelines, n’hésitez pas à laisser un commentaire afin d’aider Anaëlle à trouver un bon praticien. 

 

Je vous laisse donc découvrir Anaëlle, 24 ans qui a eu la gentillesse de m’envoyer son témoignage.

 

« Je m’appelle Anaëlle, j’ai 24 ans.

Ceci dure depuis petite, je tombe facilement malade, pour me soigner il me faut forcément des antibiotiques. Durant la primaire mes douleurs en bas du dos, au genou droit, à la cheville droite ne me permettent pas de faire du sport, les médecins conseillent tout simplement à mes parents de ne pas me faire pratiquer de sport. Il n’y a pas eu que ces détails mais aussi le fait qu’enfant je grandisse très vite, pour ensuite rester à 1m59. Ma pilosité était excessive pour mon âge sans parler de l’odeur corporelle …

Cette période a duré jusqu’au lycée, je n’ai pas pratiqué de sport pendant ma jeunesse, ce qui fait que je pesait 76 kg pour 1m59 … autant dire que moralement c’était très dur.

 

 

Puis, vers l’âge de 13/14 ans c’est un ostéopathe diététicien qui me suivait pour mes douleurs inexpliquées et mon poids ( il m’avait conseillé de ne plus manger de sucre après 16h… aucun résultat) néanmoins il m’a parlé de la thyroïde, qui n’était pas correcte depuis 2009.

N’ayant pas d’amélioration au niveau de mon poids, j’ai été suivi par une autre diététicienne, qui m’a tellement descendu mes calories, que j’ai eu 7 de tension.

Je ne sais pas trop expliquer ma perte de poids mais j’ai ensuite perdu 18 kg… Une fatigue extrême m’envahit.

C’est en 2016, que j’ai pris les devants pour aller voir un endocrinologue, qui m’a mis sous Levothyrox 50 mais sans grande conviction.

 A cette époque mon état c’était beaucoup dégradé, sensation de dépression, un épuisement. Je rentrais j’allais directement dormir, j’étais susceptible et invivable, je fonctionnais selon mes envies, je ne perdais pas de poids, des douleurs partout, souvent malade…

 

 

Malheureusement mon endocrinologue (2016) n’était pas à l’écoute, ce qui était assez dur, j’avais l’impression d’être folle et surtout seule avec ce souci. J’ai donc changé d’endocrinologue, il n’était pas plus à l’écoute, il a juste augmenté mon traitement à 75.

Cette dose a été très vite insatisfaisante mais n’ayant pas de médecin à mon écoute, je suis restée avec ce traitement qui ne m’empêchait pas d’aller au travail.

Les douleurs étant toujours présentes, je décide alors de voir une rhumatologue ( juillet 2017) qui était sidéré par le nombre d’examens que j’ai pu faire pour mes douleurs sans résultat, elle me fait faire une prise de sang, elle me parle alors de la maladie Hashimoto. Elle me dit de retourner voir un endocrinologue pour davantage d’examens.

 

Entre-temps, je découvre une naturopathe (fin 2018), qui me suis pour mon poids, je fais aujourd’hui 59 kg (j’aimerais atteindre les 55 kg). En fait, elle va également me parler de la maladie auto-immune au vu de mes symptômes mais aussi de mes résultats de prise de sang, seulement n’étant pas un médecin, elle ne peut que me prescrire des compléments alimentaires et un régime alimentaire. Aujourd’hui, je n’ ai pas perdu de poids, mais je fais du sport dès que je peux pour me muscler. Elle m’a conseillé de cesser le gluten et le lactose ceci pendant 1 mois pour la thyroïde mais aussi pour des problèmes d’intestin.

J’ai eu la sensation d’avoir perdu 10 kg à l’intérieur de moi, et j’ai redécouvert le bien-être d’un estomac qui fonctionne correctement. C’est étrange, mais je m’accepte beaucoup mieux de ce côté là.

Octobre 2017, je vois un nouvel endocrinologue, qui ne prend même pas le temps de m’écouter, elle m’a simplement dit que mes symptômes c’était bien les symptômes de l’hypothyroïdie… et m’a rigolé au nez de vouloir savoir si j’ai Hashimoto ou non sachant qu’il n’y a rien à faire … elle me fait quand même l’ordonnance (ouf !) elle n’augmente pas mon Levothyrox, je reste à 75.

 

 

En décembre 2018, ma santé c’est beaucoup dégradée, la fatigue extrême, douleurs musculaires, je me sens faible, mal de tête H24 et la tête qui tourne, parfois je vomis quand je mange et chaque semaine j’ai un nouveau symptôme, perte de mémorisation, l’impression d’être dans une bulle.

Cela dure toujours … 1 mois où je suis en arrêt de travail.

Heureusement mon médecin traitant m’écoute, elle a augmenté le Levothyrox à 100 mais j’ai toujours les mêmes symptômes, elle veut attendre le 20 mars, pour que je fasse la prise de sang pour savoir la TSH et également voir pour la maladie auto-immune.

Pour l’instant le moral n’est pas super top… »

 

Un grand MERCI à Anaëlle !

 

Laissez un commentaire via Facebook

comments

Partager:

5 Commentaires

  1. 28 février 2019 / 10 h 11 min

    Courage Anaëlle ! Ce n’est pas évident car même avec des prises de sang régulières pendant une crise, les médecins sont passés à côté de mon Hashimoto ! Même l’endocrino est passé à côté lors du premier diagnostic ! Le plus dur ça a été le changement dans la formule du Levothyrox. Du coup, j’ai changé de traitement mais même si ce n’est pas terrible je suis bien mieux qu’avec le Levothyrox !

    • Anaëlle
      4 mars 2019 / 18 h 27 min

      Merci beaucoup d’avoir prit le temps de répondre.
      C’est vraiment compliqué au bout d’un moment, courage également alors.
      J’ai aussi demandé à mon médecin de changer le médicament mais elle m’a dit que ça n’avait pas de rapport..
      Plein de courage en tout cas

      • Jess
        5 mars 2019 / 18 h 31 min

        Mon endocrinologue m’a changé de médicament… On voit bien que chaque médecin a son propre avis sur la question :( Pas facile de s’y retrouver.

  2. Anaëlle
    4 mars 2019 / 18 h 30 min

    Merci pour la publication de mon témoignage

    • Jess
      5 mars 2019 / 18 h 32 min

      Merci surtout à toi d’avoir pris le temps de partager ton expérience avec nous. J’espère que cela va vite s’améliorer

Répondre à Jess Annuler la réponse.