8 ans de blogging entre satisfaction et saturation

Cet article est dans mes brouillons depuis plus d’un mois. Je l’ai commencé la semaine du 28 mars pour la date anniversaire du blog. Même si cela me tenait à coeur, j’ai préféré le mettre de coté quelque temps histoire d’avoir plus de recul pour le finir. Le voilà achevé ! (enfin je crois)

Au moment de débuter ce post, le blog fetait ses 4 ans. Un certain nombre d’année mais si peu à l’échelle d’une vie. 

C’est pourtant suffisant pour évoluer, changer… Je me suis efforcé de progresser, de me renouveler sans pour autant être satisfaite du résultat. Mais là n’est pas le sujet. 

Cet anniversaire tombe au moment où je commence à saturer de certains comportements, dans ce petit milieu qu’est la blogosphère. Je sais que je ne devrais pas y attacher tant d’importance mais c’est difficile, je me sens triste à la vue de cette évolution négative qui est en train de s’opérer. Un peu plus de 8 ans maintenant que je suis dans cet univers, j’ai donc eu le temps de voir le changement. 

J’ai fait ce constat à la suite d’observations, de scènes dont j’ai été témoin mais également par rapport à tout ce qui m’a été rapporté de personnes côtoyant de près les blogueurs comme par exemple les attachés de presse. 

 

De hobby à profession

Depuis la professionnalisation des blogs, j’ai le sentiment que cela décline, c’est souvent le cas lorsqu’une discipline qui est un simple passe-temps voit l’argent entrer en scène. Tout d’un coup les rapports deviennent différents, les jalousies s’attisent mais la qualité pour autant n’augmente pas à tous les coups. 

 

De nos jours les filles (oui je prends le parti pris de parler des blogs féminins même si on voit à peu près la même chose chez les hommes) font un blog pour recevoir des produits et voyager gratuitement. Forcément, c’est tentant, c’est un métier qui fait rêver. Mais tenir un blog ce n’est pas seulement ces bons côtés ! Cela n’est pas du narcissisme et de l’opportunisme comme certains peuvent le croire.
Non, avoir un blog, c’est être une sorte de couteau suisse, c’est avoir des connaissances (même minimes) dans différents domaines. Jongler entre plusieurs facettes : un peu journaliste, un soupçon designer et photographe mais aussi commercial, community manager… Bref cumuler les casquettes.

 

 

Lorsque l’on gère un blog et que l’on fait tout par soi-même, on ne compte pas ses heures. On doit répondre aux mails, faire de la facturation, traiter les photos, assister à des événements…
Rédiger un article prend du temps. On se relie un maximum de fois pour éviter les fautes d’orthographes, les mots manquants ou en trop, les erreurs syntaxiques. On fait en sorte de mettre les bon mots-clefs, de faire une jolie présentation. Il faut aussi parfois faire des recherches en amont pour maitriser au mieux le sujet que l’on traite. 
Bref c’est plus compliqué que cela en a l’air, à condition bien entendu que l’on fasse cela avec sérieux. Il est évident, sinon, que cela peut aller très vite d’écrire juste trois phrases depuis son téléphone et d’ajouter deux photos. 

Vous l’aurez compris, la profession de blogueur me tient à coeur, c’est un métier passion qui pour l’instant ne me fait pas vivre. Vous allez vous dire, c’est certainement pour cela qu’elle est aigrie. Et bien non, ou juste un peu alors ;)
On ne va pas se mentir, si je pouvais ne faire que ça et en tirer un salaire décent, je serais plus qu’heureuse. Actuellement ce n’est pas le cas, mais si je suis révoltée c’est tout simplement parce que je suis profondément amoureuse de ce métier qui combine plusieurs choses que j’apprécie comme l’écriture et la photographie. 

C’est pourquoi lorsque l’on me sollicite, j’essaie toujours de fournir du contenu de qualité qu’il s’agisse d’articles sponsorisés ou non .

 

Vu par les autres

C’est finalement moi qui suis peut-être dans le faux. Les gens semblent apprécier les blogueuses qui « se montrent », qui font de leur vie une télé-réalité. Celles qui pour faire la pub d’un lieu vont se mettre elles en avant plutôt que l’endroit en question. On est dans une société égo-centrée, ne serait-ce pas ce qui fonctionne le mieux ? 

 

 

Je suis aussi peut-être trop vieille pour comprendre ? Pour ne pas être attirée par la superficialité de certains comptes ? C’est sur qu’à 20 ou 25 ans se voir offrir tout un tas de choses (parfois hors de prix), pouvoir faire le tour du monde sans dépenser un centime, ça peut faire tourner les têtes. Mais cela ne durera qu’un temps. D’ailleurs ce genre de personnages portent tellement préjudice à la profession que de nombreux attachés de presse ne peuvent plus voir les blogueuses en peinture. 

Entre celles avec qui il faut faire du baby-sitting, qui se comportent comme des enfants capricieux et celles qui jouent les divas cela devient compliqué à gérer.
Le pire, c’est que derrière aucun retour positif, ces filles se contentent de poster une photo d’elle où l’on ne voit pas ce pourquoi elles étaient invitées, ni le produit dont elles font la promotion. 

Elles exaspèrent également en devenant de moins en moins accessibles, il faut parfois passer par leur agent pour toutes demandes. La dimension humaine se perd et ces demoiselles se croient tout permis sous prétexte d’avoir de nombreux followers. Ce qui agacent aussi, c’est que bien souvent les attachés de presse se retrouvent à devoir faire face à des conflits de cours d’école. Certaines filles ne peuvent en effet pas se retrouver dans la même pièce… C’est très mature n’est-ce pas comme comportement ? Vous vous voyez dans un autre milieu professionnel refuser de venir travailler sous prétexte que vous n’appréciez pas votre collègue ? 

 

 

Je ne parle même pas des blogueuses qui sont conviées aux conférences de presse et qui font l’impasse ou encore celles qui y vont mais n’écoutent rien, voir même parlent tout du long et gênent les autres. 

 

Cette image de fille superficielle et sans substance n’est pas qu’un mythe, et la caricature négative que l’on fait des blogueuses est parfois proche de la réalité. 
Comme pour tout l’amalgame est vite fait, et nous voilà donc à essayer tant bien que mal de prouver que nous ne sommes pas que des potiches sans cervelles. 

 

Il y a aussi le cas des blogs de voyages, une discipline particulière qui est bien moins facile que ce que l’on pourrait imaginer. Les blogueurs sont là pour nous montrer une destination, nous en parler, nous faire nous évader au travers de leurs images. Ils nous donnent conseils et bonnes adresses, testent différentes choses.
Ils ont bien souvent un planning à respecter, des activités imposées… Ils sont donc tout sauf en VACANCES ! C’est pourquoi je ne pense pas que l’on puisse s’auto-proclamer ou s’improviser blogueur voyage aussi aisément que cela. 

 

 

Je dois avouer qu’à force de voir et d’entendre autant de choses péjoratives, j’ai eu un sacré coup au moral. Cela me désespère de constater que des personnes méritantes n’arrivent pas à percer au profit de filles qui bloguent pour de mauvaises raisons.   

Heureusement il y a aussi de nombreuses personnes talentueuses qui composent la blogosphères, des filles intègres et admirables. Des femmes inventives qui apportent beaucoup à la profession. 

 

Autre coup de gueule, plus à destination des personnes faisant appel aux blogueurs. Il faudrait cesser de ne se focaliser que sur les chiffres et sur l’apparence et récompenser le travail bien fait et la créativité. 

Comme vous l’aurez compris, il s’agit d’un vaste sujet qui regroupe de nombreux aspects méritant d’être plus approfondis mais pour le moment je ne vais pas m’y appesantir. Cela pourrait faire l’objet de futurs articles…

 

Je vais finir sur les résultats de sondages réalisés sur Instagram. J’étais curieuse de savoir ce que vous pensez, après tout vous êtes les mieux placés pour juger et votre avis compte beaucoup !

 

 

Cet article risque de déplaire à certains mais je n’ai pas envie me taire pour autant. Il est important d’assumer ses idées et ses convictions. J’espère par contre ne blesser personne, ni que cela soit mal interprété…

 

  Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez un commentaire via Facebook

comments

Partager:

4 Commentaires

  1. 7 mai 2018 / 12 h 38 min

    J’ai un peu de mal à m’adapter à la blogo d’aujourd’hui, le côté télé-réalité me dérange beaucoup, ainsi que le manque de transparence et de sincérité. Je trouve que cela a même une mauvaise influence sur la société, surtout sur la vie des plus jeunes…

    • Jess
      23 mai 2018 / 10 h 10 min

      Je suis entièrement d’accord ! Ce n’est pas montrer le bon exemple

  2. 9 mai 2018 / 14 h 02 min

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, j’en ai suivi beaucoup avant de me lancer il y a quelques années et force est de constater que parfois ça devient du n’importe quoi, notamment Instagram qui devient une vitrine de superficialité et de fake à tous les niveaux. Au lieu d’une passion qui est celle de l’écriture, de la photo et de tout plein de choses, et surtout l’envie de faire découvrir, c’est un carnaval de fake et une soif de gratuit. Enfin bref, c’est un bel article que tu as écrit! :)
    Continue comme tu le fait et comme tu es, parce que le naturel paye !

    Belle journée,
    Céline
    https://merrygoroundgirl.wordpress.com/

    • Jess
      11 mai 2018 / 23 h 50 min

      Coucou Céline,

      Merci beaucoup pour ton message !
      Oui tout est dans l’apparence :(
      Il faut quand même s’accrocher !!

Laisser un commentaire